Dangereux imbéciles

04
10
15

"L'identité est malsaine, l'identité est dangereuse, l'identité c'est ce qui a mis le feu à l'ex-Yougoslavie quand Serbes et Croates ont décidé qu'ils ne pouvaient plus vivre ensemble ; on connaît le résultat. L'identité c'est une imbécilité, c'est peut-être aussi vrai pour les identités nationales aujourd'hui, c'est en tous cas un archaisme désespérant comparé aux problèmes qu'il y a à résoudre."

C'est le coup de colère de Claude Askolovitch dans son Edito sur iTélé le 27 septembre 2015. N'en déplaise à Claude, l'identité n'est pas malsaine ; elle n'est pas dangereuse ; elle n'est pas une imbécilité. A l'inverse, cette idéologie l'ait en tous points : malsaine, dangereuse et imbécile.

De telles phrases devraient faire réfléchir sur ce que les médias sont devenus. Car il n'est pas pensable que sur un plateau de télévision un journaliste puisse dire cela sans qu'un débat s'installe. Mais la mécanique de la télévision l'interdit. J'insiste sur cette idée de la mécanique télévisuelle : j'entends par mécanique le mode opératoire qui programme ce qui est enregistré et diffusé. Tel journaliste parle 3min, un présentateur ne commente pas, il n'est pas prévu d'interlocuteur à l'éditorialiste car l'émission doit durer le temps prévu à la minute près. L'improvisation est interdite, la déprogrammation n'existe plus, la publicité est reine. Publicité mercantile ou idéologique proposées pour la première par les financeurs, pour la seconde par les propriétaires et la classe politico-médiatique. La mécanique est reine et est anti-démocratique. C'est elle qui nous impose la pensée unique. C'est elle qui trie les journalistes, les présentateurs, les invités, les interviewés, les "gens du peuple". C'est elle qui interdit à ces derniers d'avoir la moindre opinion "pas Charlie".

Claude Askolovitch dresse ici un tableau emprunt de l'idéologie dominante. Socialisse, libérale avant tout, anti-autre-chose-que-libérale surtout, bobo, parisienne, pro-européenne sans compromis, pro-mondialiste par principe. Claude est né à Paris, a fait sa scolarité à Paris, ses études à Paris et toute sa carrière à Paris dans ce milieu politico-médiatique. Se décrivant apparemment comme un juif laïc non pratiquant, fils d'un père déjà dans le milieu, sioniste et pro-israëlien, il se qualifie de « vieux social-démocrate pro-israélien de culture sioniste ». En 2011, il avouait "parler désormais de sa propre inclinaison communautaire". Proche du parti socialiste, proche de valls, il a relayé dans Marianne sa tirade devenue célèbre, son lien "éternel à la communauté juive et à Israël". Certes cela ne suffit pas à cerner une personne, mais il est tout de même étrange d'entretenir et d'assumer d'une main une identité, quelle soit-elle, et de l'autre l'interdire aux autres en leur reprochant tous les maux de la Terre.

Puisque la mécanique télévisuelle ne permet pas de contredire M. Askolovitch et d'expliquer pourquoi cette idéologie universaliste est imbécile et dangereuse, je vais le faire ici. L'identité, c'est la reconnaissance de l'appartenance à un peuple. Peut-être M. Askolovitch ne reconnaît-il pas comme son confrère Moix la notion de peuple que ce dernier trouve également malsaine et d'un autre temps, mais le peuple est une réalité et l'identité également. L'identité fait référence à une culture commune, à un sentiment d'appartenir à une histoire, un passé commun, à des liens anciens. Enlevez l'identité vous détruisez la culture. Le problème ici est que nous savons aujourd'hui le mal extrême que produit la déculturation. Nombreux sont les peuples qui l'ont subie et la subissent encore. Évidemment, je comprends bien que l'idéologie universaliste socialisse doit éradiquer la culture, interdire la discussion, même scientifique sur les théories de race ou de peuples (comme si cela faisait de celles-là des théories racistes au sens moderne du terme, c'est à dire discriminatoires) ; elle doit déraciner, détruire la famille, rompre les liens, tous les liens. Car les peuples n'accepteront jamais le mondialisme sans être d'abord décultrurés. Pour cela, il faut changer l'Histoire. Askolovitch ne se rate pas là-dessus en faisant croire que la guerre en ex-Yougoslavie est venue des peuples identitairement marqués alors que c'est justement les conséquences de la guerre dans le redécoupage des cartes qui en sont la cause. Partout d'ailleurs, les mêmes redécoupages amènent les mêmes guerres : l'Ukraine aujourd'hui en est un exemple certain. Ne parlons même pas de l'Afrique, quadrillée sans tenir compte de la plupart des frontières géographiques, des peuples et des cultures locales. Découpez les appartenances, apportez-y une culture occidentale à marche forcée, secouez et obtenez guerres et massacres. L'identité là-dedans ? Elle n'en est pas la cause, elle en est la victime au profit de cette même idéologie universaliste sur base de culture capitaliste occidentale mixée et remixée et tournée vers le Dieu Consommation. Il leur faut également, à ces apprentis-sorciers incultes, faire croire encore et toujours que ce sont les peuples qui font les guerres... Les peuples, laissés tranquilles, ne désirent que vivre en paix. Ce sont les tyrans, les rois, les Présidents, les "élus du peuple" qui déclarent les guerres. Ce sont eux qui, de tous temps, ont remué la merde idéologique et envoyé à leur place se faire tuer les jeunesses du Monde. L'identité nationale "Un archaïsme désespérant" au regard des problèmes actuels ! Claude nous lâche sa petite bombe. Son message caché qui se fait passer pour une parenthèse. Nous devrions nous concentrer sur les vrais problèmes et laisser Bruxelles détruire nos nations, laisser le Monde s'unir dans un despotisme généralisé entre les mains des Puissances Financières. Du moment que les vrais problèmes, la sacro-sainte Economie, soient résolus ou dumoins dans les esprits de tous. Perdons notre identité pour, peut-être, "gagner plus"...

L'identité n'est pas malsaine. Elle est parce que l'Homme a besoin de savoir d'où il vient pour se construire et appartenir. L'identité n'est pas dangereuse. Les décideurs et les idéologues qui veulent sa mort le sont. L'identité n'est pas imbécile car elle ne peut pas l'être. Les peuples qui tiennent à leur identité répondent à un réflexe normal de survie. Il n'est pas permis de le juger, le comprendre, l'analyser oui. Mais pas le juger, pas traiter ces peuples de peuples imbéciles. La Gouvernance Mondiale, la Commission Européenne, l'Etat Français : voilà des Institutions imbéciles et déculturées. Car quelle intelligence y-t-il dans la répétition incessante des mêmes erreurs ? L'identité n'est pas un archaïsme sauf à considérer en effet que les peuples imbéciles n'ont rien compris et doivent laisser faire ce nouveau Monde en marche. Allez ! Prenez tout, faites place au capitalisme aboutit qui détruira tout pour y mettre du vide.