L'enfant et le Ministre

18
07
14

L'Etat a un projet pour nos enfants et c'est bien là un grand danger. Son Ministre de l'Education vient de trancher et proposera bientôt des cours de programmation dès la primaire.

Ok, analysons.

Avant même de discuter du bien fondé de la chose, il paraît important de s'arrêter sur la manière, ce qui nous aidera à comprendre les dessous de la décision. L'Education Nationale va s'appuyer sur les enseignants. Les enseignants sont-ils formés, sont-ils des programmeurs ? Non. L'Education Nationale va donc former les enseignants.Pour résumer, les enseignants vont donc former les enfants à des techniques complexes auxquelles ils ne seront pas formés. 

Pas formés. Non, je l'affirme. Car une formation ne s'arrête pas à l'acte même de la formation. C'est même uniquement le début. Pour se former, il faut du temps, du travail, il faut créer et améliorer ses propres outils, ses propres techniques. Les enseignants n'iront jamais réellement exploiter le peu qu'il auront appris, ils se contenteront donc d'accompagner les enfants à réutiliser des techniques.

Ces techniques seront nécessairement déconnectées : d'une part de la complexité qui les relient. Développer, programmer, c'est un ensemble de processus divers faits d'un assemblage de techniques constamment en évolution. Il sera impossible dans ce contexte d'enseignement d'apporter la moindre notion de cette complexité. D'autre part de la culture qui leur donne un sens. Le développement a une culture et donc l'apporte à celui qui s'y forme. A condition que nous parlions vraiment de formation et pas de celle qu'auront les enseignants. Les enfants n'auront donc pas cette culture, sauf pour les quelques uns d'entre eux qui, curieux, sortiront de ce cadre obscur et s'intéresseront à la chose sur internet.

Si la volonté était d'intéresser les enfants, de les épanouir, il aurait donc été plus judicieux d'envisager un plan qui aurait associé les vrais développeurs ou qui s'inscrit carrément en dehors de l'école. Mais il y a une idéologie double derrière cela : c'est à l'école de faire car elle est la seule apte à former. Il s'agit d'une idéologie fausse et dangereuse que ne comprend aucun Ministre et que refuse son administration. Et Personne ne rentre dans l'école car il s'agit d'un sanctuaire. L'école est la religion de la République, son Eglise dresseuse de moutons.

Ces techniques de développement apportées aux enfants dès la primaire cache en vérité l'idée que par cet apprentissage la France se dotera plus tard de sociétés comme Google. Il s'agit d'un projet économique, structurel. Très en retard, très mal pensé, inutile car dans une telle perspective nous auront toujours immanquablement plusieurs trains de retard.

Dans mes précédents sujets, j'ai pourtant déjà depuis longtemps milité pour cet enseignement. Pourquoi donc aujourd'hui critiquer la démarche de l'Education Nationale ? Parce qu'il ne faut pas déconnecter l'apprentissage du code informatique de sa complexité, de son contexte, de sa culture. Aujourd'hui, il en va de la compréhension de choses essentielles :

  • de puissantes sociétés privées et les Etats sont en mesure de maîtriser le code et de nous imposer des infrastructures et des logiciels qui nous enferment, nous volent, nous espionnent, nous dirigent. Il est essentiel que les citoyens de demain puissent comprendre ce contexte et puissent s'en prémunir. Comprendre le code dans sa complexité, son contexte et sa culture est un des outils pour cela. Jouer avec sa technique, c'est gentil mais ça ne sert pas à grand chose.
  • Il est essentiel aujourd'hui de comprendre les hypomnématas, les supports de mémoires, et de savoir écrire dans des contextes différents. Il s'agit simplement d'apprendre à lire et écrire dans des contextes différents. Nous en sommes bien loin.

Lisez cette interview de Benjamin Bayard, elle complétera ce texte, ou l'inverse.

L'Etat ne veut définitivement pas que nos enfants s'épanouissent, auquel cas il nommerait des Ministres envieux, des Ministres qui ont envie de cela, pas des Ministres qui, à l'écoute de leur administration aveugle aux mains des plus puissants lobby, ont un projet sur le court, moyen et long terme pour nos enfants. 

Nos enfants ne sont pas des futurs créateurs de croissance, ils sont des êtres pour qui nous devons avoir des envies. Pas des projets. L'école n'y répond définitivement pas.