Qui cherche à contrôler l'Internet ?

23
03
10

«La question de la liberté d'expression au 21ème siècle se posera sur Internet et uniquement là. Le réseau neutre et ouvert qui est celui qui permet la démocratie a de très farouches opposants (...). Entre les gens qui y ont intérêt et les gens qui s'en foutent parce qu'ils n'ont pas compris de quoi on parlait, ils sont plutôt majoritaires. »

Cette phrase est de Benjamin Bayart, Président de FDN (fournisseur d'accès Internet associatif). Elle est extraite d'une conférence intitulée « Qui cherche à contrôler l'Internet ? », disponible en vidéo sous licence libre Creative Commons.

Je vais me permettre, le temps de quelques articles, de reprendre bien modestement certaines idées émises lors de cette conférence. Bien modestement, certes, car les explications de Benjamin Bayart sont toujours d'une grande clarté et je vous invite vivement à consulter les deux conférences à suivre.
Toutefois, ayant formé le « grand public » pendant 10 ans, je suis conscient que ce sujet n'intéresse pas une grande majorité de gens et qu'il est long et difficile de faire sortir Internet du loisir ludique qu'il est pour beaucoup de monde. C'est donc aux « gens qui s'en foutent parce qu'ils n'ont pas compris de quoi on parlait » que je vais m'adresser dans les prochains articles, en pensant particulièrement au sujet qui nous rassemble ici : l'éducation aux médias.
Car Internet est sans aucun doute possible le média le plus complet et le seul capable de l'ensemble des promesses des médias.

Comprendre Internet, ses rouages, la réalité du réseau, est compliqué pour quiconque n'a pas la moindre idée de ce qu'est l'informatique. Pourtant, comprendre ce qu'est réellement Internet, sans entrer dans les détails, peut être d'une simplicité incroyable sans qu'on y trahisse sa réalité fondamentale : 

"Dans les réseaux classiques, on a un réseau intelligent et des terminaux passifs. Sur Internet, c'est le contraire : le réseau est d'une bêtise rare. Son boulot c'est de prendre les données à un endroit, de les amener à l'adresse de destination, et de ne rien comprendre dans le milieu. C'est tout ce qu'on lui demande : l'intelligence, elle est en périphérie. (...) 
Le réseau est structurellement, fondamentalement, symétrique : il ne comprend pas ce qu'il transporte. (...)
La neutralité du réseau, c'est la définition même d'Internet. (...)
Si le réseau n'est plus neutre, on ne peut plus avoir confiance en l'information qu'on reçoit. (...)
La neutralité du réseau n'est pas une liberté fondamentale, c'est un principe fondamental. Exactement comme la séparation des pouvoirs. C'est pas une liberté, c'est un principe ; mais sur ce principe sont adossés un certain nombre de libertés et de droits.
C'est pas surprenant si à l'heure actuelle tous les pays sur Terre dans lesquels Internet est filtré sont tous des pays non démocratiques : la Chine, l'Iran... la France (Hadopi, article 10 : le filtrage du réseau...)"

Dans ces propos, Benjamin Bayart exprime clairement qu'Internet n'est pas autre chose que l'interconnexion de terminaux (ordinateurs, mobiles, etc.). Cette interconnexion doit être non filtrée, neutre, "bête" dit-il d'ailleurs en opposition à l'intelligence qui doit être uniquement située en périphérie (l'utilisateur ou des logiciels contrôlés par l'utilisateur). Tout fournisseur d'accès qui bride votre internet, ne vous vend pas de l'Internet.
Voilà la particularité de ce média : ce n'est pas la télé...

"Internet va réformer la société au moins autant que ce qu'a fait l'invention de l'imprimerie. La Renaissance, l'explosion des connaissances au XVème siècle, ne peut pas avoir lieu s'il n'y a pas la presse pour diffuser la connaissance. Sans la Renaissance et tout le renouveau du savoir qui va avec, on  a pas la philosophie des Lumières qui est le préalable indispensable à toutes les démocraties modernes." (*)

Troisième article à propos des conférences de Benjamain Bayart. Parlons liberté. Il est indéniable que l'internet n'est pas la télé ; d'un côté, vous avez un média fermé, unidirectionnel, principal vecteur de la société de consommation. De l'autre, un média ouvert, multidirectionnel. Internet est effectivement le premier média vraiment libre. 

"L'imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d'écrire" nous dit habilement Benjamin Bayart, avant d'ajouter "(...) sur internet l'article 11 de la constitution de 1789 est enfin, 200 ans après, applicable".

Article 11 de la DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1789 :
"La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi."

Un média aussi libre a-t-il des ennemis, des gens qui cherchent à le brider ? Oui, des tas : les sociétés fondant leur économie sur l'exploitation du droit d'auteur, les politiques et les journalistes auxquels on a retiré le monopole de la parole publique (constatez la violence souvent non ou mal argumentée d'une guerre ouverte de la "télé" contre Internet), etc.

Ne vous y trompez pas ! Pour faire taire Internet (c'est à dire vous et moi) ils ne manquent pas d'imagination : le piratage, les pédophiles... Il n'est pas possible de parler ici de tous ces sujets, mais si vous voulez comprendre pourquoi et comment on vous ment quand on vous parle de piratage ou de pédophiles, allez faire un tour sur les vidéos de M. Bayart. Allez aussi consulter de temps en temps des sites comme numerama.org. 

Vidéo "qui cherche à contrôler internet ?" : télécharger ou visionner
Vidéo "Internet libre ou Minitel 2.0" : télécharger